Programme de recherche clinique

sur la radiothérapie FLASH au CHUV

Résumé

Professeur Jean Bourhis, chef du service de radio-oncologie, CHUV

La radiothérapie FLASH est une nouvelle forme de radiothérapie, exceptionnelle dans la mesure où les doses de rayonnement sont de l’ordre de quelques millisecondes plutôt que de minutes. Cette méthode de traitement permet une protection remarquable des tissus sains, tout en préservant l’efficacité thérapeutique dans les tumeurs.

En 2018, un traitement compassionnel d’un premier patient atteint d’un lymphome réfractaire de la peau a été réalisé avec succès au CHUV moyennant la thérapie FLASH. Ce premier essai a, d’une part, démontré que la radiothérapie FLASH est faisable et sûre et, d’autre part, mis en marche une translation rapide de cette méthode de traitement vers la clinique. Fort de son expertise exceptionnelle et de son rôle pionnier sur le plan international dans le domaine de la thérapie FLASH, l’Hôpital universitaire vaudois (CHUV) a entamé un programme de recherche intensif visant à établir cette forme de traitement en clinique. Cette translation clinique se déroulera en trois phases complémentaires qui seront réalisées parallèlement.
 

Première phase : radiothérapie FLASH de cancers de la peau avec une profondeur de traitement allant jusqu'à 2,7 cm

En raison de contraintes techniques, le premier prototype servant à la translation clinique au CHUV ne permet que le traitement de cancers superficiels de la peau (jusqu’à une profondeur de 2,7 cm). Ce prototype a été mis à la disposition du CHUV par IntraOp Medical Corporation (Californie, USA), dans le cadre d’une collaboration scientifique visant à accélérer le développement de la radiothérapie FLASH vers les premiers essais cliniques humains.

Dans ce contexte, deux essais cliniques sont sur le point d’être lancés. Le premier se penchera sur les métastases de la peau de mélanomes réfractaires aux traitements systémiques. Le second sera un essai randomisé, comparant la thérapie FLASH à la radiothérapie conventionnelle pour les cancers superficiels de la peau. Ces deux essais cliniques devraient fournir une première validation de principe de la supériorité de la radiothérapie FLASH par rapport à la radiothérapie usuelle. La Fondation Biltema, par l’intermédiaire de la Fondation ISREC, est l’une des principales, mais non l’unique institution finançant cette phase du programme (cf. tableau ci-dessous).
 

Deuxième phase : radiothérapie FLASH intra-opératoire avec une profondeur de traitement allant jusqu'à 3,2 cm

La deuxième phase du programme consiste à évaluer l’utilisation de la radiothérapie FLASH pendant les interventions chirurgicales, pour les tumeurs ne pouvant être entièrement réséquée, dans le but d’augmenter la curabilité générale de la procédure chirurgicale. La radiothérapie FLASH intra-opératoire (FLASH IORT) sera effectuée moyennant un deuxième prototype clinique appelé FLASH-KNIFE, qui sera mis à disposition du CHUV par PMB (Peynier, France). Une collaboration de longue date (depuis 2013) dans le domaine de la radiothérapie FLASH lie l’entreprise PMB au CHUV. La Fondation Biltema n’est pas impliquée dans cette phase du programme.
 

Troisième phase : traitement de tumeurs profondes de tous types (projet CERN-CHUV)

La troisième phase du programme représente l’étape la plus révolutionnaire et la plus importante. En collaboration avec le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), le CHUV concevra et construira un modèle de démonstration clinique unique en son genre pour le traitement par radiothérapie FLASH de tous les types de tumeurs profondes.

Cette phase du programme sera exclusivement financée par la Fondation BILTEMA, avec le précieux soutien de la Fondation ISREC.

Interview du Prof. Pierre-Marie Glauser, président de la Fondation ISREC